Pôle de Chirurgie Vasculaire et Endovasculaire


5 rue Mère Térésa - 54270 Essey-les Nancy

Tél. : 03 83 90 33 44

Embolisation du varicocèle

FICHE D’INFORMATION VARICOCELE

 

Vous souffrez d’une insuffisance veineuse qui concerne les veines des testicules. Ceci est lié à un mauvais fonctionnement de ces dernières dont la fonction de drainage est altérée, et entraine l’apparition de varices (dilatations veineuses) dans les bourses.

CAUSE

On ne connait pas exactement la physiopathologie de la varicocèle, si ce n’est un mauvais fonctionnement des valvules unidirectionnelles qui permettent le flux du sang des testicules vers le cœur. En cas de varicocèle, pour des raisons encore inconnues, une des valvules ne fonctionne pas correctement. Le sang veineux reflue, s'accumule et occasionne une dilatation des veines situées dans le cordon spermatique.

La varicocèle ne touche généralement qu’un côté, majoritairement le gauche du fait de l’anatomie du réseau veineux des organes génitaux masculins. Du côté gauche, le sang du testicule est drainé vers la veine rénale, tandis qu’à droite il l’est vers la veine cave, où la pression est plus faible que dans la veine rénale.

Elle peut également être secondaires à une compression veineuse interne  (ex : Syndrome de Nutcracker lié à une compression de la veine rénale gauche par l’artère mésentérique, qui entraine une augmentation de pression dans la veine testiculaire gauche et la rend refluante.

Avec 15 % de la population masculine adulte touchés, la varicocèle est une pathologie relativement fréquente pouvant survenir à tout âge.

 

SYMPTÔMES ET RISQUES ÉVOLUTIFS

On peut palper au dessus du testicule la varicocèle comme un « paquet de vers », impulsif à la toux.

La présence d’une varicocèle est le plus souvent asymptomatique et ne doit alors pas être traitée.

Dans certains cas ces varices peuvent devenir symptomatiques et avoir des conséquences :

-douleur : il s’agit d’unesensation de pesanteur au niveau de la bourse, voire des douleurs accentuées à la station debout prolongée, lors d’un effort physique ou par temps chaud, majoré en cas de fatigue ou en fin de journée.

-défaut de développement du testicule et hypofertilité : 35 % des hommes touchés par une infertilité primaire présentent une varicocèle, 80% lorsqu’il s’agit d’une infertilité secondaire, contre seulement 15 % dans la population générale. Le lien entre varicocèle et infertilité n'est toutefois pas confirmé et les éventuels mécanismes en jeu ne sont pas élucidés. Plusieurs hypothèses sont cependant avancées : les varices pourraient provoquer, par stagnation sanguine, un réchauffement du testicule néfaste à la spermatogenèse. Le mauvais retour veineux pourrait également entrainer une stagnation des substances toxiques, comme celles du tabac, dans la circulation sanguine, avec un impact sur la spermatogenèse. Le reflux de métabolites surrénaux et rénaux pourrait également nuire à la production de spermatozoïde.

A noter cependant qu’un homme avec une varicocèle peut aussi n’avoir aucun problème de fertilité.

 

DIAGNOSTIC

Le diagnostic est clinique : par palpation et examen visuel, le médecin recherche des dilatations variqueuses au-dessus des testicules.

Systématiquement, une échographie testiculaire est réalisée afin de confirmer la présence de la varicocèle et écarter toute autre pathologie (hernie inguinale, kyste du cordon spermatique, épanchement de liquide dans la bourse, tumeur du testicule...). Les images feront apparaitre des veines anormalement grosses et une stagnation sanguine.

Chez un couple rencontrant des difficultés à avoir un bébé, lors du bilan d’infertilité chez l’homme, le médecin pratique systématiquement un examen clinique pour dépister une éventuelle varicocèle.

 

POSSIBILITÉS THÉRAPEUTIQUES

Le traitement peut être :

-Chirurgical ( de moins en moins réalisé) : il est réalisé soit par une incision classique (inguinale ou abdominale), soit par coelioscopie (une caméra est introduite par une incision réduite dans l'abdomen). Il consiste à ligaturer les veines spermatiques dans leur portion haute, de manière à entraîner une involution (modification régressive) des veines du cordon.

-Par embolisation (technique de référence actuellement) :

La procédure est réalisée au cours d’une hospitalisation ambulatoire d’une demi journée. Elle se déroule dans une salle d’imagerie au bloc opératoire sous Rayons X avec Injection de produit de contraste iodé.

Un produit sédatif est administré par perfusion pour vous détendre. L’intervention est réalisée soit par voie brachiale (ponction au pli du coude droit) ou par voie fémorale (ponction au pli de l’aine). Une anesthésie locale est effectuée. La veine brachiale ou fémorale est ponctionnée, un désilet (une sorte de fin tuyau étanche avec valve) est mis en place dans la veine permettant ensuite d’introduire facilement un fil guide et un cathéter dans le système veineux.

La technique consiste à oblitérer la veine testiculairepar des coils. Un Coil est un matériel en alliage non résorbable non ferromagnétique qui ressemble à un fil pelucheux en forme de spirale.

Une opacification de contrôle permet de vérifier l’obstruction de la veine testiculaire. Le cathéter et le désilet sont retirés en fin d'intervention. Un pansement est mis en place au pli de l’aine. Il sera retiré avant le départ.

 RESULTATS APRES EMBOLISATION

 Cette technique est peu invasive est aussi efficace que le traitement chirurgical.

Dans 98% des cas la varicocèle a disparu au 3 ème mois.

Dans plus de la moitié des cas, cette intervention permettrait d’améliorer la qualité du sperme. Parfois, aucune amélioration n’est constatée, mais le traitement n’entraîne jamais une dégradation du sperme.

 

COMPLICATIONS

Les complications sont rares :

PRECOCES :

-Échec. Il est rare mais peut survenir à cause de variations anatomiques empèchant d’atteindre la veine spermatique. Dans ce cas une ligature chirurgicale est proposée.

-Hématome au point de ponction brachial ou fémoral : il s'agit en général d'une simple coloration cutanée appelée ecchymose. Très rarement, il peut se constituer un véritable hématome qui retardera alors votre sortie d'hospitalisation si nécessaire.

-Douleurs scrotales (ou majoration des douleurs habituelles) : rarement, pendant 48H à 10 jours en rapport avec la thrombose des veines traitées. Des anti-inflammatoires peuvent être prescrits pendant quelques jours.

-Perforation veineuse pelvienne : peut entrainer un hématome pelvien en général de faible abondance et non douloureux, qui se résorbe spontanément.

-Allergie, rare.

-Migration de matériel dans le système veineux (coils) :rare, correspond au déplacement du matériel implanté dans le système veineux, qui peut remonter par la veine cave jusque dans les veines pulmonaires et entrainer une embolie pulmonaire, le plus souvent peu symptomatique.

TARDIVES :

-Migration de matériel, exceptionnel.

-Récidive : le risque est faible, mais possible en raison de communications veineuses anormales. Dans ce cas une nouvelle embolisation peut être proposée, ou une ligature chirurgicale.

-Atrophie testiculaire : elle est de survenue exceptionnelle après cette chirurgie.

 

EN RÉSUMÉ

Ces explications ne peuvent être exhaustives et votre médecin traitant a également été informé des propositions thérapeutiques qui vous ont été faites. Le chirurgien et le médecin anesthésiste restent à votre entière disposition pour vous fournir tout renseignement complémentaire sur tel ou tel point particulier que vous auriez insuffisamment compris et que vous souhaiteriez faire préciser.

Cette information n’a pas pour but de vous inquiéter mais de vous informer et de vous faire prendre conscience qu’il n’est pas de petite intervention chirurgicale. Par ailleurs, soyez sûr que l’intervention chirurgicale qui vous est proposée est une décision réfléchie et motivée qui tient compte du rapport bénéfice/risque pour vous-même.

Article rédigé par le praticien le 10/06/2019

Le site du cabinet dentaire a été réalisé par Webdentiste.fr